EN CE MOMENT SUR NRJ
»»» #LeBuzz NRJ Réunion «««

SERGE HAZANAVICIUS

  • Nom : SERGE
  • Prénom : Hazanavicius
  • Date de naissance : 24/07/1970
  • Lieu de naissance : France
  • Nationalité : français
  • Serge Hazanavicius est très présent au cinéma français depuis l'année 1996. Des planches au cinéma, en passant par la télévision l'acteur possède à son actif, une filmographie impressionnante. Il est l'époux de l'actrice et humoriste Axelle Laffont.

Evènements

Biographie

Un brillant début

Né le 24 juillet 1970, l'acteur français Serge Hazanavicius s'illustre davantage dans la comédie. A l'âge de 16 ans, il commence par se former au théâtre à l'E.D.A avant de suivre des cours à l'ARELEM.

A la même époque, il se produit dans plusieurs pièces de théâtre comme en 1986 dans « Le préjugé vaincu » de Marivaux, « La sorcière » de Tchekhov deux ans plus tard, « Fantasio » d'Alfred de Musset en 1989 ainsi que « Les illuminations » de Rimbaud en 1991.

Les années suivantes, Serge Hazanavicius décide de laisser de côté le théâtre au profit du cinéma. Ainsi, en 1992, l'acteur décroche un petit rôle dans « Drôles d'oiseaux », une comédie de Peter Kassovitz.

La même année, le comédien se fait plus de place en jouant le compagnon de Valeria Bruni Tedeschi dans « Les gens normaux n'ont rien d'exceptionnel » de Laurence Ferreira Barbosa. En 1995, il obtient un second rôle dans le film « Le bonheur est dans le pré » d'Etienne Chatiliez.

L'année suivante, Serge Hazanavicius tient son premier personnage principal dans le film intitulé « Delphine 1, Yvan 0 » de Dominique Farrugia. Avec ce dernier, il a contribué au scénario de ce film aux côtés de son frère Michel Hazavinicius. La comédie, son véritable style

En 1999, Serge Hazanavicius joue avec Yvan Attal dans « Mes amis », un long métrage réalisé par son frère Michel Hazavinicius. L'année suivante, il s'essaie également en tant que scénariste ainsi que réalisateur d'un court-métrage intitulé « En attendant ».

Parallèlement, l'acteur s'illustre dans plusieurs comédies sous la direction de nombreux réalisateurs dont notamment Eric Assous ou encore Serge Meynard, pour les besoins du film « Voyous voyelles ».

Côté théâtre, il joue dans la pièce « Résonances » de Katherine Burger au Théâtre de l'Atelier et est nominé dans la catégorie révélation masculine.

En 2001, Serge Hazanavicius enchaîne la comédie notamment avec « Barnie et ses petites contrariétés » de Bruno Chiche, « J'ai faim » de Florence Quantin ou encore « 15 août » de Patrick Alessandrin.

Même s'il connaît un franc succès sur le grand écran, le comédien ne lâche pas pour autant sa passion pour le théâtre. Ainsi, un an plus tard, il revient sur les planches sous la direction de Marcel Bluwal, dans « Conversations avec mon père » de Herb Gardner.

Il réitérera une nouvelle fois l'expérience dans « Conversations après un enterrement » de Yasmina Reza en 2006. La même année, la sortie du film « Célibataires » de Jean-Michel Verner le relance à la télévision. Une montée vertigineuse

L'année 2008, Serge Hazanavicius est à l'affiche de l'opus « Il y a longtemps que je t'aime » de Philippe Claudel. Avec les diverses nominations et récompenses attribuées à ce film, notamment le prix du meilleur film étranger aux BAFTA en 2009, l'acteur bénéficie d'une plus grande notoriété.

Il s'agit en réalité d'un film dramatique, loin des comédies auxquelles Serge Hazanavicius est habitué à jouer. Il y forme un couple avec le personnage de Léa et accueillent chez eux la soeur aînée de cette dernière après une incarcération de 15 ans.

En 2009, le public le découvre également dans « OSS 117 : Rio ne répond plus » de Michel Hazanavicius. Le triomphe du film à sa sortie, avec plus d'un million d'entrées la première semaine et arrive à la huitième place du box-office 2009 constituent une grande motivation pour l'acteur.

La même année, le public le retrouve dans la première saison de la série intitulée « Mes amis, mes amours, mes emmerdes ». En 2010, l'acteur joue dans l'adaptation télévisée du roman d'Agatha Christie ayant pour titre « Hercule Poirot : le crime de l'Orient-Express ».