EN CE MOMENT SUR NRJ
»»» Best Of 5H - 9H «««

SAMI BOUAJILA

  • Nom : SAMI
  • Prénom : Bouajila
  • Date de naissance : 12/05/1966
  • Lieu de naissance : Grenoble, France
  • Nationalité : française
  • Acteur français tirant ses origines de la Tunisie, Sami Bouajila est né en France un 12 mai 1966. Débutant sa carrière en 1991, l'acteur est révélé quatre ans plus tard à travers son interprétation d'Ismaël dans « Bye bye ». Depuis, Sami Bouajila a fait son chemin pour figurer aujourd'hui parmi les acteurs français connus et reconnus. Ses divers prix, dont le César du meilleur second rôle en 2008, témoignent de son immense talent.

Evènements

1999 - sortie du film "Nos vies heureuses"

2010 - "Hors-la-loi"

Biographie

Les premiers pas

Sami Bouajila passe les premières années de sa vie dans une banlieue sud de sa ville natale. Se cherchant une activité intéressante pour combler ses heures libres, Sami Bouajila décide de s'inscrire à des ateliers de théâtre. C'est ainsi que petit à petit, la passion s'est ressentie plus forte et le comédien en herbe prend la décision d'approfondir ses acquis.

Il entre alors au Conservatoire. Son apprentissage se poursuit par l'intégration d'une école nationale d'art dramatique, le Centre dramatique de Saint-Etienne. Au débuts des années 1990, Sami Bouajila va à Paris afin de passer un casting. Décrochant le rôle, il fait ses premiers pas au cinéma dans « La thune », sorti en 1991.

Son interprétation d'un adolescent plein d'ambitions et dégourdi issu de la banlieue ne passe pas inaperçue amenant d'autres propositions de rôles. « Histoires d'amour finissent mal... en général » est le suivant sur son parcours. Deux autres productions plus tard, Sami Bouajila se révèle pleinement à son public dans « Bye bye ». « Bye bye », la révélation

Après « Bye bye », Sami Bouajila enchaîne les rôles les voulant tout aussi diversifiés que son talent est grand. En 1997, « Le déménagement » le permet de mettre un pied dans la comédie aux côtés des grands acteurs du registre comique du moment tels que Dany Boon.

Un an plus tard, l'acteur tente une expérience outre-Atlantique avec « Couvre-feu », une réalisation d'Edward Zwick. Si l'expérience lui a été enrichissante et réussie, Sami Bouajila n'en garde pas moins une préférence pour les longs-métrages du genre de celui qui l'a révélé et pour lequel il se réfère constamment, « Bye bye ».

« Nos vies heureuses » est ainsi une grande réussite pour Sami Bouajila sur le tournage duquel, l'acteur a passé des grands moments de partages avec l'ensemble des acteurs. Le film sort en salle en 1999.

Au festival de Cabourg, le film suivant lui permet de décrocher la distinction du Meilleur acteur en 2000. De « Drôle de Félix », le comédien dira qu'il a beaucoup appris dans sa maîtrise du jeu, son personnage nécessitant à la fois douceur et rigueur. Les récompenses du talent

Apprenant sans cesse, mais désormais habitué à jouer dans la cour des grands, Sami Bouajila poursuit sa carrière avec des personnages marquants. Dans la peau d'un ingénu clandestin dans « La faute à Voltaire » et acceptant le rôle d'un jeune homme ayant des difficultés au quotidien dans « Vivre me tue », Sami Bouajila veut s'éloigner de ces images de la population jeune d'immigrés.

Pour ce faire, il n'hésite pas à agrandir son répertoire et diversifie ses rôles comme dans « Embrassez qui vous voudrez » ou encore « Nid de guêpes ». Luttant certes contre les clichés, Sami Bouajila ne renie en aucun cas ses racines comme pourrait le faire croire son acceptation de figurer au casting de « Indigènes » en 2006.

Son interprétation magistrale lui vaudra d'ailleurs un prix d'interprétation à Cannes. « Les témoins » sorti en 2007 ou encore « London river » deux ans plus tard, révèlent encore les talents éclectiques de Sami Bouajila, « Les témoins » lui rapportant un César du meilleur second rôle.

En 2010, Sami Bouajila collabore avec Rachid Bouchareb sur son film « Hors-la-loi ».