EN CE MOMENT SUR NRJ
»»» Party Run «««

MEL GIBSON

  • Nom : MEL
  • Prénom : Gibson
  • Date de naissance : 03/01/1956
  • Lieu de naissance : Peekskill, New York, Etats-Unis
  • Nationalité : Américaine
  • Aussi bien récompensé pour son jeu d'acteur que pour son talent de réalisateur, Mel Gibson se fait connaître dans la trilogie fantastique « Mad Max ». En 1995, c'est la consécration pour l'Australien, cette fois ci en tant que cinéaste, qui obtient cinq Oscars pour son film « Braveheart ». Acteur controversé, ses dernières réalisations, dont « La passion du christ », ont provoqué une forte polémique au sein du public et de la presse américaine.

Biographie

La saga Mad Max

Mel Gibson est le sixième d'une famille de onze enfants, nés d'un père américain et d'une mère australienne. Installés aux Etats-Unis, ils émigrent en Australie en 1968, alors que Mel Gibson est âgée de 11 ans et déjà attiré par le cinéma.

Formé au National institue of dramatic arts de Sidney, il obtient son premier rôle dans le thriller « Summer city » en 1977, de Christophe r Fraser. L'Australien fait par ailleurs des apparitions télévisées remarquées dans des séries telles que « The Sullivans » ou « Tickled Pink ».

C'est sa prestation dans la trilogie d'action « Mad Max », qui le révèle en 1979. Tête d'affiche du long métrage, c'est la première fois que l'acteur est porté sur la scène internationale.

Mel Gibson tente rapidement de diversifier ses rôles. La même année, le comédien s'illustre dans « Tim » de Michael Pate, film où l'acteur incarne un handicapé mentale, et dans « Gallipoli » (1982), dans lequel il interprète un jeune soldat.

Le comédien reçoit pour ces deux films le prix du meilleur acteur de l'Australian film institute, ainsi qu'une nomination aux Oscars pour sa prestation dans « Gallipoli ».

Un acteur éclectique

En 1984, fort de la réussite de ces derniers films,  il s'attaque à Hollywood avec «Le Bounty » de Roger Donaldson, aux côtés de l'acteur Antony Hopkins.

Il faut attendre trois ans plus tard pour qu'il acquiert une véritable notoriété avec son interprétation du policier décalé dans « L'arme fatale » de Richard Donner. Succès populaire, le film se décline en trois suites, toutes remportant l'adhésion du public.
 
Evitant d'être simplement cantonné au film d'action, Mel Gibson se lance alors dans la tragédie classique, en 1992, avec « Hamlet » de Franco Zeffirelli, et deux ans plus tard dans la comédie d'action « Maverick » de Richard Donner.

Amateur de personnages historiques, il se glisse notamment dans la peau d'un indépendantiste américain pour le film «The Patriot : le chemin de la liberté » de Roland Emmerich (2000).
Un an plus tard, Mel Gibson apparaît dans le film fantastique « Signes » de M. Night Shyamalan, avant de s'essayer à la comédie romantique la même année dans « Ce que veulent les femmes », de Nancy Meyers.

Un réalisateur accomplie

En parallèle à sa carrière d'acteur, Mel Gibson se consacre à la réalisation avec un premier long-métrage, « L'Homme sans visage » (1993), plutôt bien accueilli par les critiques.

Deux ans plus tard, l'interprète revient avec une fresque historique, celle de «Braveheart », portrait de la vie de William Wallace, héros de l'indépendance écossaise au XIIIe siècle. Véritable réussite, il obtient grâce à ce long métrage cinq Oscars, dont celui du meilleur film, et le Golden Globe du meilleur réalisateur.

Le comédien décide alors de fonder « Icon productions », société avec laquelle il produit notamment « Payback » en 1998, et « The million dollar hotel » au cours de l'année 2000, film co-scénarisé par Wim Wenders et Bono, le chanteur de U2.

En 2004, il réalise le controversé « La passion du christ », film en araméen relatant les dernières heures du Christ. La critique est divisée, et les scènes sanglantes du film sont décriées.

C'est une période difficile pour l'acteur qui est accusé d'antisémitisme et arrêté à de nombreuses reprises pour conduite en état d'ivresse.

Mel Gibson revient toutefois trois ans plus tard avec une nouvelle fresque historique, «Apocalypto », consacrée à la disparition de la civilisation maya.