EN CE MOMENT SUR NRJ
»»» #LeBuzz NRJ Réunion «««

JEREMY IRONS

  • Nom : JEREMY JOHN
  • Prénom : Irons
  • Date de naissance : 19/09/1948
  • Lieu de naissance : Cowes, Royaume-Uni
  • Nationalité : Anglaise
  • Jeremy Irons, Jeremy John Irons de son nom complet, est un acteur d'origine britannique né en Angleterre, à Cowes, le 19 septembre 1948. Tombé d'amour pour l'art de la scène dès son jeune âge, il y fait son premier pas concret à l'orée des années 70, en intégrant le Marlowe Theater dans la vil le de Canterbury. Il entame ensuite sa carrière sur la scène du théâtre et, après plusieurs illustrations à succès, il fait sa première grande apparition à l'écran en 1980, dans « Nijinski ».

Evènements

1998 - sortie du film "L?homme au masque de fer"

2004 - sortie du film "Casanova"

Biographie

Un rêve

Fils d'un contrôleur fiscal, Jeremy Irons grandit au sein d'un environnement aisé. Alors qu'il est encore jeune, il se passionne déjà de théâtre et de comédie, nourrissant en lui le rêve d'en faire une carrière.

Un rêve, mais surtout une ambition qu'il concrétise à la fin de son adolescence en s'inscrivant au Marlowe Theater. Il y restera trois ans pour approfondir les talents qu'il a déjà en lui, une période à l'issu de laquelle il intégrera la troupe théâtrale du Bristol Old Vic.

Il rejoindra également la Royal Shakespeare Company dans laquelle il aura l'occasion de faire ses preuves et, après plusieurs rôles illustrés sur scène, Jeremy Irons commencera à apparaître à la télévision britannique.

On le verra notamment dans « Notorious woman » en 1974 dans le rô le de Franz Liszt et en 1979, il sera également à l'affiche de « The voysey inheritance ». Son premier grand rôle à l'écran, c'est en 1980 que Jeremy Irons le décroche.

Après avoir démontré ses talents dans divers petits personnages, il est en effet choisi pour incarner Michel Fokine dans « Nijinski ». Un long-métrage de Herbert Ross qui lui ouvrira rapidement la porte de plusieurs castings.

Dans la même foulée, on le retrouvera entre autres dans « La maîtresse du lieutenant français » aux côtés de Meryl Streep, ainsi que dans le film de Jerzy Skolimowski, « Travail au noir ». Le succès se concrétise

Les années 80 se présentent tel un enchaînement de rôles importants pour Jeremy Irons. Après avoir fait une apparition dans le film de Volker Schlöndorff « Un amour de Swann » en 1983, il est choisi en 1986 pour incarner un missionnaire jésuite dans « Mission ».

Il devient ensuite les jumeaux de David Cronenberg dans « Faux-semblants » en 1988, avant d'être le comte Von Bülow dans « Le mystère Von Bülow ». Une réalisation de Barbet Schroeder qui marque d'ailleurs la consécration de la carrière de l'acteur.

Son personnage dans le film lui valant l'Oscar du meilleur acteur, lui permet pour la première fois de se propulser sur le tapis rouge. Ce succès sera loin d'être le de rnier. Jeremy Irons étant sélectionné par Steven Soderbergh en 1991 pour incarner Kafka dans le long-métrage éponyme.

Depuis, il enchaîne les grandes réalisations, y illustrant souvent des personnages mystérieux et froids. Après « Fatale » en 1992, il se faufilera notamment dans une autre réalisation de David Cronenberg « M. Butterfly » en 1993, ainsi que dans « La maison aux esprits » de Bille August dans la même année.

Un an plus tard, il est également sollicité par Sarah M Arthur et Thomas Schumacher pour prêter sa voix à l'oncle Scar de « Roi lion ». Une riche carrière

Fort de ces expériences de plusieurs années, Jeremy Irons devient à partir des années 90, un nom incontournab le de l'écran international. En 1995, John McTiernan le met à l'affiche de « Une journée en enfer » aux côtés de Bruce Willis.

Un an après, ses talents sont également sollicités par Bernardo Bertolucci pour « Beauté volée ». Il enchaîne avec la réalisation d'Adrian Lyne « Lolita » en 1997, avant de collaborer avec Randall Wallace pour « L'homme au masque de fer » un an plus tard.

Les grandes productions hollywoodiennes, si l'on ne cite « Casanova » en 2004, ou encore « Donjons & dragons » en 2000 sont désormais ornées de sa présence. D'ailleurs, en 2002, on le retrouvera aux côtés de Patricia Kaas dans « And now... ladies and gentlemen ».

Sur le petit-écran, Jeremy Irons se démarque également à travers différents rôles. En 2005, il remporte notamment le Screen Actors Guild Award du meilleur acteur pour une mini-série pour sa prestation dans « Elisabeth I ».

« Kingdom of heaven » en 2005, « Eragon » un an après, il continue parallèlement à enchaîner les blockbusters, les alternant avec différents genres. On le retrouve entre autres dans le film d'auteur « Inland empire » en 2007, avant un affichage remarquable dans « La panthère rose 2 » en 2009.

Dans la même année, il se démarque dans « The power of the powerless ». Sa performance dans le film lui vaudra un Actor's Mission Award.