EN CE MOMENT SUR NRJ
»»» Aucune émission n'est en cours «««

MAïWEEN

  • Nom : MAïWENN
  • Prénom : Le besco
  • Date de naissance : 17/04/1976
  • Lieu de naissance : Les Lilas, France
  • Nationalité : française
  • Maïween, Maïwenn Le Besco de son vrai nom, est une actrice et une cinéaste française, née à Seine-Saint-Denis, le 17 avril 1976. Fil le de l'actrice Catherine Belkhodja, elle se familiarise tôt avec l'univers du théâtre et s'y découvrant une aspiration précoce, elle décide de poursuivre cette voie. Maïwenn Le Besco commence alors par sillonner quelques scènes et, de réels talents à l'honneur, elle se fait vite remarquer. Le réalisateur Jean-Loup Hubert se retrouve notamment sous le char me de la jeune actrice. À peine âgée de 5 ans, Maïween passe à l'écran.

Evènements

2009 - sortie du film "Le bal des actrices"

Biographie

Des talents innés

Fil le de l'actrice Catherine Belkhodja, Maïween passe une enfance sous le signe de l'art. Alors qu'elle n'est encore qu'une petite fille, elle prend déjà plaisir à accompagner sa mère au Conservatoire, ainsi que pendant les tournages.

Elle découvre ainsi tôt ce monde artistique et à peine plus grande, elle se hisse déjà sur la liste des acteurs de théâtre. Ses premières apparitions sur scène se feront dans diverses pièces françaises, incluant notamment « Hippolyte », l'oeuvre dramatique de Robert Garnier au Théâtre national de Chaillot, ou encore « Le terrier » de Franz Kafka.

Elle se fait ensuite remarquer par le réalisateur Jean-Loup Hubert. Son premier rôle à l'écran sera celui de Prune dans « L'année prochaine... si tout va bien », en 1981. À peine âgée de 5 ans et déjà une actrice aussi douée, Maïween commence réellement à attirer l'attention.

Deux ans après sa première apparition, elle est choisie par Jean Becker pour incarner le rôle d'Éliane enfant dans « L'été meurtrier ». La jeune actrice se démarque une nouvelle fois et enchaîne avec un rôle dans « L'état de grâce » de Jacques Rouffio en 1986.

S'ensuit une apparition remarquée dans « Lacenaire » de Francis Girod en 1990, où elle partage le personnage de Hermine avec sa soeur Isild Le Besco ? cette dernière n'étant pas créditée ?, aux côtés de Daniel Auteuil . « Le pois chiche »

Désormais connue à l'écran français, Maïween enchaîne des rôles de plus en plus importants. En 1991, elle partage l'affiche de « La gamine » de Hervé Palud avec Johnny Hallyday et trois ans plus tard, on la retrouve dans « Léon » de Luc Besson , dans le personnage de Ouin-Ouin.

Conquis, ce dernier lui proposera le rô le de la Diva Plavalaguna dans son film « Le cinquième élément » en 1996, permettant à l'actrice de faire encore une fois ses preuves. Succès après succès, elle décide ensuite de poser une empreinte concrète dans cet univers artistique et en 2003, elle débarque, seule sur scène, avec la pièce « Le pois chiche ».

Fruit d'inspirations profondes, cette dernière sera présentée tel un one-woman-show au Café de la Gare avec, à la clé, des mots dotés de sens particuliers. Il en résulte automatiquement des critiques élogieuses, propulsant le nom de Maïween dans l'histoire du théâtre.

Applaudie sur scène, il n'est pas pour autant question de s'effacer de l'écran pour l'actrice et dans la même année 2003, elle se verra dans le rôle d'Alex, dans le thriller « Haute tension » d'Alexandre Aja. Ce film à succès lui permettra d'ailleurs de se faire un nom aux États-Unis et dans la même foulée, elle suscitera l'attention de Claude Lelouch .

S'ensuit un rôle principal dans « Les parisiens » en 2004. « Le courage d'aimer » la mettra également à l'honneur un an plus tard. Une myriade d'inspirations

Parallèlement à sa carrière de comédienne, Maïween continue de sillonner la mise en scène. Après « Le pois chiche » en 2003, elle réalise son premier court-métrage « I'm an actrice », une année plus tard. Une réalisation qui met en vedette sa fille avec Luc Besson , Shanna Besson, donnant encore une fois rendez-vous au succès.

Suivra un premier long-métrage « Pardonnez-moi » en 2006, où elle tient non seulement le rôle principal, mais également le poste de réalisatrice et de productrice. Cette grande production, dont l'histoire se compare à une autobiographie, lui vaudra la nomination du meilleur premier film, ainsi que du meilleur espoir féminin aux César 2007.

Désormais derrière, mais aussi devant la caméra, Maïween enchaîne avec « Le bal des actrices » en 2009. Cette fois-ci, elle songe à une réunion de compositeurs et d'actrices sur le même plateau, avec une bonne dose de musique au programme. Une idée originale qui ne peut que susciter l'intérêt du public, donnant lieu à plus de 200 000 entrées au ter me de sa première semaine de sortie.

« Le bal des actrices » sort également du rang avec un Prix Henri Langlois à la clé, permettant à Maïween de se retrouver sur le tapis rouge.

En 2009, el le de vient la présidente du prix Cartier au Festival de Deauville. Son prochain film « Rien de grave », une adaptation de Justine Lévy, serait également en cours de réalisation.