EN CE MOMENT SUR NRJ
»»» #LeBuzz NRJ Réunion «««

MATHIEU KASSOVITZ

  • Nom : MATHIEU
  • Prénom : Kassovitz
  • Date de naissance : 03/08/1967
  • Lieu de naissance : Paris, France
  • Nationalité : française
  • À la fois acteur, réalisateur, producteur et scénariste, Mathieu Kassovitz est s'impose comme étant l'une des figures incontournables du cinéma français d'aujourd'hui.

Evènements

1979 - premiers pas d'acteur dans "Au bout du bout du banc"

2008 - producteur de "Johnny mad dog"

Biographie

Ses débuts

Mathieu Kassovitz voit le jour le 3 août 1967 à Paris. Il est d'origine judéo-hongroise de par son père, Peter Kassovitz qui est réalisateur. Véritable enfant de la balle, étant donné que sa mère Chantal Rémy est également monteuse, Mathieu Kassovitz cultive dès son plus jeune âge une véritable passion pour le cinéma et rêve d'y faire carrière.

En 1979, il fait ses premiers dans le septième art en tant qu'acteur, dans le film « Au bout du bout du banc ». Réalisé par son père, ce premier film lui ouvre déjà les grandes portes du cinéma français, le mettant à l'affiche aux côtés des non moindres Jane Birkin et Victor Lanoux.

Décidé à percer, Mathieu Kassovitz enchaîne à l'adolescence les divers stages auprès de grandes maisons de productions. Ses efforts seront très vite récompensés lorsqu'il est engagé en 1989 par l'une d'entre elles comme assistant-réalisateur sur le film de Paul Boujenah intitulé « Moitié-moitié ».

Mathieu Kassovitz travaillera ensuite comme assistant-réalisateur sur des téléfilms ou des films d'entreprise.

Après une brève apparition en 1981 dans « L'année prochaine si tout va bien », il réalise en 1990 son premier « bébé », un court-métrage intitulé « Fierrot le pou » et dans lequel il est également acteur.

Récompensé par de nombreux festivals, ce court-métrage lui aura permis d'attirer l'attention du producteur Christophe Rossignon, qui l'engage aussitôt chez Lazennec Productions. Auprès de cette maison de production, il produit deux nouveaux courts-métrages intitulés « Cauchemar blanc » et « Assassins... », sortis respectivement en 1991 et 1992.

Avec une bonne expérience de réalisateur en poche, Mathieu Kassovitz s'essaie en 1993 à la réalisation de son premier long-métrage, qu'il intitule « Métisse » et dans lequel il joue l'un des rôles principaux.

Le film est alors un succès et vaudra à son réalisateur et acteur, Mathieu Kassovitz, deux nominations aux Césars. La consécration

Désormais très respecté pour ses talents de réalisateur, c'est devant les caméras que Mathieu Kassovitz s'illustre par la suite en 1994, dans le film de Jacques Audiard intitulé « Regarde les hommes tomber ».

L'année suivante, il remet sa casquette de réalisateur et donne naissance au film « La haine », dans lequel il est également acteur. Ce film lui vaudra le premier prix de la mise en scène au Festival de Cannes ainsi que deux Césars, sans compter les nombreuses nominations.

Dans la même année, il s'illustre également à l'affiche du film « La cité des enfants perdus ».

À l'aise dans tous les registres de rôles, il est en 1996 à l'affiche des films « Un héros très discret », « Mon homme » et « Des nouvelles du bon Dieu ».

En 1997, Mathieu Kassovitz met à profit ses talents de réalisateur et donne naissance au film « Assassin(s) », dans lequel il partage l'affiche avec Michel Serrault. Par la suite, il renforce sa notoriété grâce à une participation aux castings des films « The fifth element » en 1997, « Le plaisir (et ses petits tracas) » en 1998 et « Jakob le menteur » en 1999.

En 2000, Mathieu Kassovitz connaît la consécration de sa carrière de réalisateur, grâce au thriller « Les rivières pourpres ». Au sommet de sa gloire, il joue en 2001 dans « Le fabuleux destin d'Amélie Poulain » et « Birthday girl », avant d'enchaîner l'année suivante avec une apparition dans le film « Astérix & Obélix : mission Cléopâtre ».

Après s'être fait une solide réputation non seulement en France mais un peu partout en Europe et aux States, Mathieu Kassovitz réalise en 2003 le film à succès « Gothika », qui met en scène Halle Berry et Robert Downey Jr.

Après la sortie de « Amen », en 2002, l'acteur revient sous les feux des projecteurs en 2005 avec le film de Steven Spielberg intitulé « Munich ».

Entre temps, il se découvre des talents de producteur, sur des films tels que « Les paumes blanches » en 2006 et « Johnny mad dog » en 2008.

Parmi les derniers oeuvres en date de Mathieu Kassovitz, on cite le film « Babylon A.D. » qu'il réalise en 2008 et qui met en scène Vin Diesel, Lambert Wilson et Gérard Depardieu .